Blog

Lucie 2

"Mesdames, Monsieur, veuillez regagner vos sièges et attacher vos ceintures, notre appareil va atterrir." 
Je m'attache et regarde par le hublot: il fait beau, le ciel est bleu et il a l'air de faire chaud. Vu d'ici, l'aéroport ressemble à une grande esplanade brune, avec seulement deux longues bandes grises, les pistes sûrement.  Après l'aéroport, Rio. D'ici, la ville ressemble surtout à un labyrinthe de maison bien alignées. Aucun signe des longues plages de sable blanc des magazines.
"Bzzz", sms de ma sœur: "Je t'attends à la sortie de l'avion, pressée de te voir, bisous!" 
Effectivement, quand je descend de l’appareil, elle est là. Elle, ses cheveux blonds, ses yeux noirs et son bronzage plus parfait que jamais. À côté d'elle, se tient une petite fille au teint mat et aux cheveux noirs et très frisés.
Je me précipite vers Lucie pour la serrer dans mes bras. J'attends ce moments avec impatience depuis que mes parents m’ont annoncés qu'il me payaient le voyage jusqu'ici pour mes 16 ans. 
"Max, je te présente Camila, la petite fille que je garde et à qui j’apprends le français, dit ma sœur.
 _ Bonjour! s'écrit la petite fille.
 _Oi! "
 C'est peut être le seul mot que je connais en portugais: au lycée, j’apprends l'espagnol... Ma sœur me propose d'aller chercher mes affaires et de sortir de l'aéroport, où il fait une chaleur étouffante. J'accepte avec joie.  À pied, nous nous dirigeons vers Lapa, le quartier de ma sœur. Il fait chaud et les rues sont animées. Les maisons sont colorées, une odeur de nourriture s'échappe de toutes les fenêtres ouvertes. Pas une des nombreuses personnes que nous croisons n'a le sourir au lèvre et Lucie semble connaître tout le monde. Elle me présente à ses voisins, ses amis, et même un de ses professeurs.
Au bout de 6 mois passés ici, c'est devenue une vraie Carioca...

Zoé

Carnets d'une campagne, vendredi 27 mars, et de 2...

Vendredi 27 mars 2015, 11h35...


Bon, dans mon dernier billet, j'avais dit que je ne vous parlais même pas du dernier tract... Mais quand-même, quand même !!! Alors tant pis, je vais en parler, que voulez-vous, à l'instar de San-Antonio, j'suis comme ça !!!

Sérieux, Léo, tu déconnes (tu permets que j't'appelle Léo, j'espère. Après tout, cette campagne nous a rapproché, toi et moi. Je t'ai donné des petits conseils en communication, que tu as suivi scrupuleusement. Je constate d'ailleurs qu'il n'y a plus de blog pour m'amuser, ni de campagne sur Facebook... Tu me manques, tu sais ?). Vl'à t'y as que tu additionnes tes voix à celles de l'exrême droite... Alors comme ça, voter pour toi ou voter pour le FN, c'est pareil. Et le vote pour toi, c'est un vote contre la gestion précédente ? M'enfin (comme dirait Gaston), j'te croyais plus ambitieux. J'imaginais que tu avais un projet pour le département (en attendant que tu en eusses un  pour ta ville...). Ben non, t'es juste contre !!! Rrrrhhhhôôôôôô (j'aime bien, ça pète comme interjection), rrrrhhhhôôôôôô (répète-je), franchement ?!!!

Bon, passons sur la tentative de récupération bas de plafond que cette phrase implique... Je sais pour l'avoir entendu en conseil municipal que tu ne prises guère la philosophie, et je ne m'attends pas à du haut vol dans tes analyses (ça va, sinon, le taux d'albumine ?!!!). Mais là quand même, tu descend bas... Alors c'est vrai que quand on drague une rivière, on remue sérieusement la vase et la boue, mais enfin ?!!! Quitte à se la jouer ridicule, tu aurais pu (dû ?) aussi ajouter les abstentionnistes. D'abord en termes de chiffres, ça aurait eu plus de gueule. T'imagines le slogan : en fait, dimanche dernier, vous êtes près de (ou plus de, j'ai pas fait le calcul, tu m'excuseras, mais j'ai des choses plus sérieuses à faire) à avoir refusé de voter pour la gestion départementale en place dans notre canton. Bon, l'inconvénient de ce genre de stratégie, c'est l'argument de l'adversaire : En fait, dimanche, vous êtes  plus de (près deux, se reporter au passage précédent...) à avoir refusé de voter pour le maire de Saint-Maixent l'Ecole !!! Alors qu'en fait, c'est beaucoup plus simple. T'es deuxième et pi c'est tout...

En tous cas, j'sais pas pour toi, mais moi, j'aime assez au cinéma les films avec des loosers... Encore faut-il qu'ils soient magnifiques...

Bref, en attendant, dimanche, ben, ce s'ra dimanche...

Des bises, mais surtout aux filles...

Stéphane, un ex-candidat bat toujours la campagne !!!

PS : vous êtes nombreux à me réclamer les liens vers les billets précédents... Les voici, mais vous pouvez également les suivre via twitter, en tapant #campagne_électorale_saint_maixent_l_école_2020 :

vendredi 27 mars

mardi 7 octobre

lundi 2 juin

mercredi 28 mai

mercredi 30 avril

mardi 22 avril

dimanche 20 avril

jeudi 17 avril

dimanche 13 avril

mardi 1er avril

samedi 29 mars

vendredi 28 mars

jeudi 27 mars

mercredi 26 mars

mardi 25 mars

lundi 24 mars

dimanche 23 mars

vendredi 21 mars ter

vendredi 21 mars bis

vendredi 21 mars

jeudi 20 mars

mercredi 19 mars

mardi 18 mars

lundi 17 mars

dimanche 16 mars

samedi 15 mars

vendredi 14 mars

jeudi 13 mars

mercredi 12 mars

les jours d'avant

Carnets d'une campagne, vendredi 27 mars

Vendredi 27 mars 2015, 11h30 environ...

L'Endive Molle est seconde ! Je répète : l'Endive Molle est seconde !

Bon, à la vérité, je devrais dire deuxième, vu que seconde impliquerait une dernière place, mais bon, c'est un détail... En tous cas, l'Endive Molle est seconde.

Alors, il est vrai que certains parmi vous sont pour le moins surpris par une telle annonce. « Oui, mais qu'est-ce qu'il veut dire par là ? On y comprend rien à ses trucs. Déjà qu'il nous abandonne régulièrement, alors si en plus il se met à causer en code, on va plus s'en sortir ! »

Ok, il ne sera pas dit que je laisse mes lecteurs dans la panade. Je vous explique !

Il se trouve qu'avec mon pote Théo, nous avons pris l'habitude de parier sur des bourrins tous les samedis matin au marché. Et samedi dernier n'a pas manqué à la règle, évidemment. Nous discutions donc des différentes côtes de la course du dimanche suivant, et Théo semblait persuadé des chances d'un canasson, tandis que je lui rétorquais avec la finesse qui me caractérise quand ma modestie naturelle ne l'empêche pas de s'exprimer : « Mais non, Théo, sur cette course là, il n'y a pas une chance. Tu sais que l'Endive Molle (c'est le nom d'un bourrin, ça devait être une année des E) sur ce terrain, ça fait une paye qu'il n'a pas perdu. Mon pauvre Théo, tu vas encore te planter. »

Et puis là, la surprise : à mi course, v'là t'y pas que l'Endive Molle n'est pas en tête...

Ben du coup, je suis bien obligé de rendre à Théo ce qui appartient à César, à savoir les lauriers de la gloire du pronostic...

Ceci dit, y a pas que le tiercé dans la vie... J'ai même entendu dire qu'il y avait des élections ces temps-ci. Alors du coup, j'ai reçu des tracts dans ma boîte aux lettres. Et je dois bien reconnaître que ça a été l'occasion d'une franche rigolade. Bon, vous le savez sans doute à présent, je n'ai pas été élu lors des dernières élections municipales, et il faut bien reconnaître que l'actuelle majorité n'a pas semblé apprécier à sa juste mesure ma prose bloguesque... C'est vrai que j'avais pris l'habitude de faire dépublier à peu près tout ce qu'elle (en fait il) publiait... Mais bon, après tout, si il publie n'importe quoi, je n'y puis guère... Tiens, quand il promet un Centre Nautique couvert à Saint-Maixent !!! Moi, ça me réjouit de savoir qu'on va pouvoir faire du bateau et de la planche à voile. C'est quand même pas de ma faute s'il ne maîtrise pas la différence entre nautique et aquatique ?!!! Ben vous m'croirez si vous voulez, il a récidivé récemment...

Alors , quand sur son premier tract, il affirme sans rire qu' « en soutenant (sa) candidature, vous agirez pour l'avenir du département, de notre canton, et de ses habitants », j'ai quand même sérieusement l'impression que l'avenir du département, il n'est qu'à se promener dans le centre-ville de Saint-Maixent pour l'imaginer, comment dire, morose... Et là, évidemment, je ne vous parle même pas du fait qu'en lisant attentivement le tract, on se rend compte qu'il a une vision quelque peu étonnante du conseil départemental, où les cantons s'opposeraient les uns aux autres. Car sinon, comment comprendre la petite phrase sur l'enjeu du « scrutin [qui] réside[rait] dans la place que vous allez donner à votre canton au sein de l'assemblée départementale... »

Bref, il faut bien reconnaître qu'une élection avec campagne de M. le Maire, c'est quand même de grands moments d'humour hélas involontaire...

Et je ne vous parle même pas du dernier tract...

Allez, à plus, et surtout, dimanche, ben, ce sera dimanche !!!

Des bises, mais surtout aux filles...

Stéphane, un ex-candidat bat toujours la campagne !!!

PS : vous êtes nombreux à me réclamer les liens vers les billets précédents... Les voici, mais vous pouvez également les suivre via twitter, en tapant #campagne_électorale_saint_maixent_l_école_2020 :

mardi 7 octobre

lundi 2 juin

mercredi 28 mai

mercredi 30 avril

mardi 22 avril

dimanche 20 avril

jeudi 17 avril

dimanche 13 avril

mardi 1er avril

samedi 29 mars

vendredi 28 mars

jeudi 27 mars

mercredi 26 mars

mardi 25 mars

lundi 24 mars

dimanche 23 mars

vendredi 21 mars ter

vendredi 21 mars bis

vendredi 21 mars

jeudi 20 mars

mercredi 19 mars

mardi 18 mars

lundi 17 mars

dimanche 16 mars

samedi 15 mars

vendredi 14 mars

jeudi 13 mars

mercredi 12 mars

les jours d'avant

De l'autre côté de Lucie

De toute manière, quoi qu'il arrive, les histoires se terminent toujours un peu de la même manière. En fait, on devrait toujours commencer les histoires par la fin : ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants... Mais finalement, c'est plutôt un bon début d'histoire, ça !!! C'est même un sacré début.

A la fin, donc, tout commence bien !!! C'est un peu comme au début, quand tout finit bien... C'est souvent dans le milieu que ça merdouille sévère. D'ailleurs, quand on parle du milieu, c'est bien un truc un peu glauque et inquiétant, non ? Les romanciers, eux, parlent des pếripéties, le ressort de l'action quoi... Mais moi, je ne suis pas romancier. Juste un morceau de l'histoire, balloté par les péripéties, comme ils disent.

Je ne sais pas combien de temps ça va prendre, mais je sais que ça finira bien !!! J'espère qu'elle le sait aussi. C'est difficile aujourd'hui de se dire ça, bien sûr. Chacun dans son chagrin ou sa colère, engoncé dans ses larmes. Mais comme dit le proverbe, c'est à la fin de la foire... Bref...

Pour qu'une histoire se termine, encore faut-il qu'elle commence. La nôtre a commencé il y a une quinzaine d'années, un peu plus... Et c'était un beau début. Mais ça, c'est une autre histoire...

Lucie

Il fait nuit. Lucie s'en va. 
Elle prend le prochain train pour Rio. 
Elle part rejoindre sa nouvelle vie. 
Ses cheveux d'or scintillent sous la lumière d'un lampadaire. 
Ses yeux me sourient. 
Le regard de ses lèvres me souffle qu'un jour, peut être, elle reviendra.
 Lucie elle est comme ça, elle rigole tout le temps. Elle sourit, elle chante. Elle dit qu'à Rio, elle apprendra le chant des oiseaux. 
Elle n'a pas appris le Portugais pour rien ma grande sœur. Elle l'a appris pour se déguiser. C'est ce qu'elle a dit aux profs qui lui ont fait passer son oral.  "Je veux pouvoir aller à Rio pendant le carnaval, et me déguiser. Comme une petite fille." 
Et bah elle a été prise. 
Elle est drôlement forte ma grande sœur.
Zoé

Petit texte, comme ça...

J'aime bien ces matinées là.
Ces matinées toute calmes, la radio qui parle discrètement, la pluie dans le jardin, l'odeur du pain grillé et le bruit discret de la théière.
Ces matinées passées blottie dans un plaid en laine à lire un magazine ou tout simplement à rêver. A rêver à ma vie passée ou à celle qui ne vendra plus, à rêver au temps qui passe, qui s'attarde, puis s'en va.
Avant, quand j'étais jeune, j'avais une grande maison, un travail, et je ne me reposais que la nuit venue, dormais quelques heures, et repartais courir à droite à gauche, laissant le temps couler sans y prêter attention.
Depuis l'annonce, j'ai arrêté.
J'ai vendu ma grande maison, pour un petit appartement en plein Paris, j'ai trouvé un travail plus calme.
Ca a duré quinze ans.
Ensuite, j'ai eu soixante ans.
Peut être que je mourrai demain.
Peut être dans un mois.
Ou peut être pas.
Mais je sais que personne n'est éternel.

Zoé

Carnets d'une campagne, mardi 7 octobre

7 octobre, 19h25...

Comme on dit par chez moi : «  Eh bè, ça f'sait longtemps qu'on s'était pas vus, lus, écrus... ». Bon, j'sais pas vous, mais moi, vous m'avez manqué 1!!! Mais il faut bien reconnaître que j'ai eu comme qui dirait un coup de mou pendant tout ce temps. D'un autre côté, j'ai fait plein de trucs. Créer une association, mettre en place des cours de salsa, aller au spectacle, en spectateur, mais pas seulement d'ailleurs2. Tiens, je suis même allé à la présentation de la saison culturelle de l'Espace Agapit, samedi dernier. C'était marrant d'ailleurs... Il n'y avait pas grand monde de la majorité municipale, à part l'adjoint à la culture qui, une fois n'est pas coutume, avait abandonné ses 15000 livres pour se livrer à un numéro comique sur la scène assez réussi (vous savez, dans les spectacles de clowns, il y en a souvent un qui joue le rôle du clown revêche, pas rigolo, qui s'ennuie ferme... Ben voilà, c'était ça) en compagnie d'un comédien (très drôle, lui...) et de Fabien qui tentait tant bien que mal de dynamiser tout ça...

En fait, c'est l'opposition qui était fort bien représentée dans la salle, à croire que la culture n'intéresse que peu la majorité. M. le Maire notamment n'était pas là. C'est dommage quand même. Ça aurait été l'occasion de nous montrer sa nouvelle veste. J'ai entendu dire au marché qu'il s'en était acheté une superbe récemment (à vrai dire, au marché, les gens disaient plutôt qu'il l'avait prise, mais j'imagine qu'il ne l'avait pas volée, tout de même !!!)

Bon, ceci dit, la programmation est plutôt réussie, et il y a pas mal de choses qu'à titre personnel j'ai bien l'intention d'aller voir...

Tiens, au fait, je ne vous ai toujours pas parlé de ma passion pour les mathématiques... Allez, un indice, et je vous en dis plus la prochaine fois. Quelqu'un a-t-il eu la curiosité de diviser 15000 par 365 ??? Et bien étonnamment, ça fait 41.095890411, qu'on peut arrondir à 41, il ne faut pas pinailler, tout de même !!!

Allez, moi, j'dis ça, ben j'dis ça !!! On s'en reparle bientôt. Tiens, au fait, si vous avez le temps, il y a une conférence citoyenne dimanche prochain qui part de la minoterie Bellot. Si vous ne savez pas quoi faire, vous devriez venir, ce sera l'occaion de se voir. J'y participe !!! Les infos, c'est là...

1C'est clair, comme formulation ???

2Village Toxique, ça vous dit un truc ???

Stéphane, un candidat bat la campagne...

PS : vous êtes nombreux à me réclamer les liens vers les billets précédents... Les voici, mais vous pouvez également les suivre via twitter, en tapant #campagne_électorale_saint_maixent_l_école_2020 :

mercredi 18 juin

vendredi 6 juin

lundi 2 juin

mercredi 28 mai

mercredi 30 avril

mardi 22 avril

dimanche 20 avril

jeudi 17 avril

dimanche 13 avril

mardi 1er avril

samedi 29 mars

vendredi 28 mars

jeudi 27 mars

mercredi 26 mars

mardi 25 mars

lundi 24 mars

dimanche 23 mars

vendredi 21 mars ter

vendredi 21 mars bis

vendredi 21 mars

jeudi 20 mars

mercredi 19 mars

mardi 18 mars

lundi 17 mars

dimanche 16 mars

samedi 15 mars

vendredi 14 mars

jeudi 13 mars

mercredi 12 mars

les jours d'avant

Carnets d'une campagne,mercredi 18 juin

10h42, c'est tôt, pour un billet...1

Bon, je sais que vous vous attendez tous à recevoir le compte-rendu de ma rencontre gendarmesque, mais l'actualité ne me permet pas une telle relation... En effet, depuis mon entretien avec un gendarme fort civil, ce qui est le comble pour un militaire, mais ne fut point pour me déplaire, j'attends des nouvelles d'icelui afin de savoir si la plainte est retenue et si je vais être poursuivi... Quoi qu'il en soit, les gendarmes saint-maixentais ne me lisaient point jusqu'à présent, pas plus que le procureur de la République, et voici qu'à présent, grâce à cette plainte, ils me lisent... Comment ne pas remercier celui (ou ceux?) grâce à qui cette amélioration de mon audience a été rendue possible...

Mais revenons à nos vaches, cochons, couvées2, à savoir l'actualité trépidante notre petite contrée imaginaire, que nous nommerons par un sigle, SMLE, afin de faciliter la lecture. Quelle ne fut pas la surprise de ses habitants, en ce matin de juin, en découvrant que leur maire, fraîchement réélu, avait décidé de ne pas se présenter aux élections sénatoriales, conformément à ses engagements de campagne... Interrogé téléphoniquement par l'un de nos reporters, l'intéressé aurait déclaré : « Et bien oui, il est temps de redonner un peu de noblesse à ce rôle d'élu de la République, en respectant les promesses faites lors des campagnes électorales. »

Cette décision sonne comme un coup de foudre3 dans le landerneau politique. Ainsi, l'un de ses amis, qui préfère rester anonyme, a témoigné loin des caméras : « Comment va-t-on pouvoir faire, à présent, si les élus se mettent à respecter leurs engagements de campagne ? C'est un coup à faire en sorte que les gens se remettent à avoir confiance en leurs politiques, et donc retourner aux urnes... »

Un habitant de la charmante petite bourgade, visiblement abasourdi par la nouvelle, se refuse à y croire : « Ce n'est pas possible, il va se ressaisir !!! Moi, j'avais voté pour lui parce que je savais qu'il n'allait pas rester, et que du coup, ça allait faire le jeu de ceux qui disent que les politiques ne respectent jamais leurs engagements... Il ne peut pas nous faire ça ! ». Un peu plus loin, une femme, hagarde4, pleure à chaudes larmes : « Pourquoi ??? On n'a pas mérité ça !!! ».

Joint au téléphone, le préfet du département s'est refusé à tout commentaire, mais il se murmure ici ou là que la mise en place d'une cellule de crise serait envisagée afin de remédier aux désordres qu'une telle décision pourrait induire dans nos institutions...

Bien évidemment, compte tenu de l'importance de cette information, la rédaction reste mobilisée afin de vous livrer les dernières nouvelles de ce qu'il convient d'appeler une crise politique sans précédent !

Enfin, moi, j'dis ça, bè j'dis ça, tè !!!

1 Toute ressemblance dans ce billet avec des événements ou des personnages réels ne serait que pure frotuitude (rendons hommage aux grandes penseuses du siècle!!!), et ne saurait en aucun cas engager la responsabilité de son auteur. Inutile par conséquent de porter plainte en diffamation...

2 Ça commence à bien faire avec les moutons. Laissons-les se reposer un peu !!!

3 Pareil, foutons la paix au tonnerre...

4 Hunord !!!

Stéphane, un candidat bat la campagne...

PS : vous êtes nombreux à me réclamer les liens vers les billets précédents... Les voici, mais vous pouvez également les suivre via twitter, en tapant #campagne_électorale_saint_maixent_l_école_2020 :

vendredi 6 juin

lundi 2 juin

mercredi 28 mai

mercredi 30 avril

mardi 22 avril

dimanche 20 avril

jeudi 17 avril

dimanche 13 avril

mardi 1er avril

samedi 29 mars

vendredi 28 mars

jeudi 27 mars

mercredi 26 mars

mardi 25 mars

lundi 24 mars

dimanche 23 mars

vendredi 21 mars ter

vendredi 21 mars bis

vendredi 21 mars

jeudi 20 mars

mercredi 19 mars

mardi 18 mars

lundi 17 mars

dimanche 16 mars

samedi 15 mars

vendredi 14 mars

jeudi 13 mars

mercredi 12 mars

les jours d'avant

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×